Une infirmière africaine remporte le prix de la meilleure infirmière du monde

Partager :

Anna Qabale Duba, Une infirmière kenyane engagée dans la lutte contre les ma*riages précoces et les mutilations gé*nitales fé*minines (MGF) dit être « sans voix » lorsqu’elle a appris avoir remporté un prix de 250 000 dollars (158,3 millions de francs CFA).

Les collègues d’Anna Qabale Duba disent qu’elle fait toujours un effort supplémentaire pour les autres dans sa communauté pastorale du comté de Marsabit, dans le nord du pays, et qu’elle dirige une école dans son village.

« Ce prix va m’aider à étendre mon école dans tout le Kenya », a-t-elle déclaré à la BBC.

Le matin, les salles de classe de la Torbi Pioneer Academy accueillent des enfants, avant que leurs parents ne viennent suivre des cours d’alphabétisation dans l’après-midi – et parfois les deux groupes d’âge ont les mêmes devoirs.

Mme Qabale dit qu’elle était la seule fille du village de Torbi à avoir fait des études universitaires, et la seule à avoir dépassé le niveau de l’école primaire dans sa famille de 19 enfants.

Âgée de 31 ans, elle est aujourd’hui titulaire d’une maîtrise en épidémiologie et a créé une fondation visant à donner des moyens d’action aux jeunes filles et aux mères.

« Je suis tellement passionnée par l’éducation. Après avoir goûté aux fruits de l’éducation, j’ai décidé de rentrer chez moi pour donner du pouvoir aux autres », a-t-elle déclaré à la BBC.

Mme Qabale a dédié le prix à son dé*funt frère, qui a financé en partie ses études universitaires.

Lire Aussi:  Corée du Nord : Kim Jong-un révèle ce qui le poussera à utiliser des armes nucléaires

Par le biais de sa fondation Qabale Duba, l’école qu’elle a construite dans son village enseigne également aux parents les principales questions de santé sexuelle et reproductive.

En tant qu’infirmière à l’hôpital central du comté de Marsabit, elle s’efforce de mettre fin à des pratiques culturelles néfastes telles que les MGF et les ma*riages précoces. C’est pour son travail dans ces domaines qu’Aster DM Healthcare, basé à Dubaï, affirme qu’elle a fait mieux que plus de 24 000 candidats pour mériter le Global Nursing Award.

« J’ai échappé au ma*riage forcé à 14 ans »

« Il n’est pas facile de parler de ces choses en public. En tant que femme – et nous venons de nos familles patriarcales -, il n’est pas facile d’en parler, mais je fais vraiment de mon mieux », a déclaré Mme Qabale à la BBC.

« J’utilise l’éducation pour mon travail de plaidoyer, afin de faire campagne contre ces pratiques. J’ai échappé au ma*riage forcé à 14 ans », a-t-elle dit.

Les expériences personnelles d’Anna Qabale Duba, mère d’un enfant et mariée, ont façonné ses convictions.

« J’ai subi une mutilation gé*nitale fé*minine à l’âge de 12 ans et j’ai échappé de justesse à un ma*riage forcé précoce à l’âge de 14 ans », a-t-elle déclaré.

Bien que les mutilations gé*nitales fé*minines soient illégales au Kenya, environ 91 % des filles et des jeunes femmes les subissent dans les régions du nord du pays, selon le conseil kenyan de lutte contre les MGF.

Les parents et les tuteurs emmènent souvent leurs filles dans les pays voisins pour les faire ex*ciser et échapper aux lois du Kenya.

Selon ses collègues, l’engagement de Mme Qabale a permis aux femmes et aux jeunes filles de prendre conscience de leurs droits en matière de santé.

« Elle connaît très bien les défis auxquels les jeunes filles sont confrontées. Beaucoup d’entre elles ne manquent plus les cours, car on leur donne des serviettes hygiéniques à utiliser lorsqu’elles ont leurs rè*gles. On leur apprend également à fabriquer des serviettes réutilisables », a déclaré à la BBC Hassan Halakhe, directeur de la prévention médicale à l’hôpital du comté de Marsabit, au Kenya.

Lire Aussi:  Zodwa Wabantu révèle le nouveau montant à lui payer pour une réservation

La cérémonie de remise du prix, jeudi 12 mai, à Dubaï, était le deuxième événement le plus médiatisé de la vie de Mme Qabale, qui a remporté le Global Citizens’ People’s Choice Award à New York en 2019.

Le ministre kényan de la Santé, Mutahi Kagwe, a salué « l’audacité » de Mme Qabale. Le directeur de l’hôpital central du comté de Marsabit, Liban Wako, déclare que « ce prix est tellement important pour les jeunes filles de Marsabit qu’elles aussi peuvent tenter de réaliser leurs rêves ».

Avez vous aimez cet article ? N'hésitez pas de vous abonner sur notre chaîne YouTube pour nous soutenir 👇👇

Partager :

Voir aussi

Monde : elle deviens la 1ère personne à présenter un journal télévisé avec un tatouage sur le visage

Une journaliste entre dans l'histoire en devenant la première personne à présenter le journal télévisé avec un tatouage sur le visage.

2020: Résumé des événements malheureux ( photos )

Au début déjà d'une nouvelle année, ça n'a pas vraiment été facile d'...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.