Situation au Nord-Kivu: Félix Tshisekedi active les leviers diplomatique et militaire

Partager :

A Kinshasa, on ne tergiverse plus. Les hésitations de communication constatées depuis trois jours laissent place à une rhétorique qui pointe directement le Rwanda comme principal soutien du M23 dans les violences enregistrées dans les territoires de Rutshuru et de Nyiragongo (Nord-Kivu). Cependant pour Félix Tshisekedi, la stratégie n’a pas changé:

la doublette politique et diplomatique ainsi que la force militaire. Il a affermi l’axe Kinshasa-Bujumbura. Il a renforcé la coopération Kinshasa-Kampala et développé une relation de confession avec Uhuru Kenyatta (Kenya). Aujourd’hui, il n’est plus un secret sur le bug qu’enregistre la ligne Kinshasa-Kigali. La politique de « tape sur l’épaule » ou de chaudes accolades assorties de « mon frère » semble montrer ses limites.  

Christophe Lutundula Apala Pen’Apala n’a pas mâché ses mots à l’Union africaine mercredi. « Le Rwanda avance. Il y a 10 minutes, je le dis sans hésitation, le Rwanda a attaqué le camp de Rumangabo en RDC. Comment aujourd’hui, la journée nous célébrons la naissance de notre Alma mater où nous devons réfléchir sur notre avenir, on peut faire comme si de rien n’était.

Lire Aussi:  Nord-Kivu : une Dizaine des disparus dans Une nouvelle incursion des ADF à Kabalwa

Je dis bien, le M23 soutenu par le Rwanda, a attaqué les troupes internationales de la MONUSCO. Nous ne pouvons pas rester indifférents. Ne nous pouvons pas ne rien dire », a dit le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères.

Aujourd’hui, Félix Tshisekedi veut prendre à témoin le monde: « Le Président de la République, depuis son arrivée aux responsabilités, il l’a démontré. Nous faisons tout pour que la paix revienne. Ceux qui seront réfractaires à la paix, ils seront bien obligés de subir la force. Parce qu’il y a un seuil de tolérance », a déclaré mercredi Patrick Muyaya, le ministre de la communication et des médias.

Kinshasa veut s’appuyer sur une alliance sous régionale: « C’est un acte de rébellion visiblement. Non seulement vis-à-vis de la RDC, mais aussi de tous ces chefs d’État de la sous-région qui se sont engagés dans le processus de paix.

Et donc, si ce mouvement et tout ce qu’il y a comme force affiliée derrière, continuent leur aventure, ils subiront la force. Parce que la force, c’est aussi l’alternative qui a été proposée. Je puis vous informer qu’il est prévu une réunion de tous les chefs d’état-major général pour étudier les mécanismes de mise en place de l’état-major conformément à la volonté exprimée par les différents chefs d’État. Nous, nous tenons au retour de la paix », a ajouté Patrick Muyaya.

Lire Aussi:  RDC: Un général arrêté pour préparation d'un coup d'état

Membre du bureau de l’Union africaine, Félix Tshisekedi veut activer tous les mécanismes possibles: « Le commandant suprême poursuivra lui-même des réunions tant au plan diplomatique que militaire pour prendre toutes les mesures qui s’imposent pour permettre le retour de la paix.

Vous savez que tous les groupes armés, à la suite de l’adhésion de la RDC à la Communauté des États de l’Afrique de l’Est, tous les groupes armés se sont soumis au processus politique qui avait été décidé par les chefs d’État, à l’exception du M23, dont on parle encore maintenant », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Avez vous aimez cet article ? N'hésitez pas de vous abonner sur notre chaîne YouTube pour nous soutenir 👇👇

Partager :

Voir aussi

RDC : la présence des militaires rwandais signalée dans les villes frontières avec la Centrafrique

RDC : la présence des militaires rwandais signalée dans les villes frontières avec la Centrafrique

Vidéo : Paul Kagame appelle à la fin de l’instabilité politique en RDC

Vidéo : Paul Kagame appelle à la fin de l'instabilité politique en RDC

RDC : Félix Tshisekedi affirme que les opposants ont peur des élections car ils savent qu’il sera réélu grâce à « ses nombreuses réalisations »

RDC : Félix Tshisekedi affirme que les opposants ont peur des élections car ils savent qu'il sera réélu grâce à « ses nombreuses réalisations »

RDC : Félix Tshisekedi souhaite le départ de la MONUSCO avant 2024

RDC : Félix Tshisekedi souhaite le départ de la MONUSCO avant 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.