RDC : Le Cardinal Fridolin Ambongo étonné par la passivité des congolais malgré « la misère »

Partager :

Le Cardinal Fridolin Ambongo s’est dit être surpris de la passivité de la population congolaise malgré la misère qui lui est imposée pour des raisons « égoïstes ».

Le prélat catholique estime que la situation que traverse les congolaises et congolais est « inhumaine ».
Pasteur de son état, le Cardinal Ambongo se dit révolté de la situation sociale des congolais lambdas après plusieurs rondes qu’il a effectué particulièrement dans plusieurs quartiers à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

« Il y a des êtres humains qui vivent dans des conditions de dégradation. C’est insupportable », a-t-il argué.

Aussi, souligne-t-il, la République Démocratique du Congo a tout ce qu’il faut pour permettre à son peuple de vivre dans la quiétude.

Cependant, Il se questionne pour connaître la raison qui fait à ce que la population congolaise continue à « courber la tête » et à se comporter comme si « tout allait bien ».

Le Cardinal Fridolin Ambongo avait aussi déclaré que la RDC va « mal », « rien ne marche » et que les congolais sont « parmi les peuples les plus malheureux de la terre ».

Lire Aussi:  Le Cardinal Fridolin Ambongo a rehaussé son ton pour dénoncer le manque d’avancement des travaux sur l’érosion dit de « 7 kilomètres » dans la commune de Mont Ngafula, alors que l’argent avait été decaissé

C’était le dimanche 29 mai à Kikwit dans la province du Kwilu devant des centaines des personnes venues assister au lancement de l’assemblée épiscopale provinciale de Kinshasa

À en croire l’Archevêque métropolitain de Kinshasa, si le paradis ressemble à la situation que traverse la RDC actuellement, il préfère de ne pas y aller.

Lire Aussi:  Le Cardinal Fridolin Ambongo a rehaussé son ton pour dénoncer le manque d’avancement des travaux sur l’érosion dit de « 7 kilomètres » dans la commune de Mont Ngafula, alors que l’argent avait été decaissé

« Alors, nous devons rester là à ne rien faire. Non ! Nous devons agir, nous devons nous prendre au sérieux, nous devons nous prendre en charge. La souveraineté de notre pays est en danger. Et pendant que le pays est en danger, nous passons la plus grande partie de notre temps à discuter sur les postes, sur l’argent, sur un peu de dollars », avait déclaré Fridolin Ambongo.

Avez vous aimez cet article ? N'hésitez pas de vous abonner sur notre chaîne YouTube pour nous soutenir 👇👇

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.