Le Rwanda listé parmi les pires auteurs de la répression transnationale, d’ha*rcèlement et de la menace des exilés aux USA

Partager :

Selon le nouveau rapport du groupe de défense « Freedom House » récemment publié et relayé par le quotidien Britannique « The Guardian », le Rwanda a été accusé d’être parmi les pires auteurs de la « répression transnationale » aux États-Unis, de traquer, de ha*rceler et de menacer les exilés dans ce pays à côté de la Chine, la Russie, l’Iran et l’Égypte comme les principaux contrevenants dans leur quête d’étendre la portée de leurs régimes répressifs aux États-Unis.

D’après ce quotidien, Isabel Linzer, l’une des auteures du rapport, a déclaré que les résultats soulèvent d’autres questions sur l’accord du gouvernement britannique avec Kigali pour expulser les demandeurs d’asile vers le Rwanda. Le premier vol d’expulsion est prévu pour le 14 juin.

« Les gens se concentrent souvent sur l’Arabie saoudite, l’Iran, la Chine, la Russie, mais le Rwanda est l’un des auteurs les plus prolifiques de la répression transnationale au monde.

Et il n’a certainement pas reçu le même niveau de contrôle que certains de ces autres pays », a déclaré Linzer.

Pour elle, l’accord d’asile entre le Royaume-Uni et le Rwanda est assez choquant compte tenu de la fréquence à laquelle le gouvernement rwandais s’en est pris aux Unis et le gouvernement britannique en est bien conscient.

Le contenu du rapport de Freedom House intitulé « Unsafe in America: Transnational Repression in the United States », note que des attaques contre des exilés ont eu lieu depuis la guerre froide, mais ajoute que « les opérations des agents de renseignement étrangers se sont considérablement intensifiées ces dernières années ».

Lire Aussi:  Rutshuru: Les terroristes du M23 pillent la localité de Kabindi

« Les autocrates jettent une longue ombre sur le sol américain », dit-il.

Le gouvernement du Rwanda selon ce rapport, ignore de plus en plus agressivement les lois américaines visant à menacer, harceler, surveiller, traquer et même comploter pour nuire physiquement aux gens à travers le pays ».

L’un des personnes ciblées était Paul Rusesabagina, l’ancien directeur de l’hôtel de Kigali dont les efforts pour sauver des personnes lors du génocide de 1994 sont racontés dans le film Hotel Rwanda.

Rusesabagina, résident permanent américain et dissident éminent, a été enlevé alors qu’il voyageait au Moyen-Orient en août 2020 et a été trompé en montant à bord d’un avion privé qui l’a emmené au Rwanda, où il a été condamné à 25 ans de prison. Le mois dernier, le département d’État américain l’a officiellement déclaré « détenu à tort ».

Il a été constaté que la fille de Rusesabagina, Carine, et d’autres dissidents rwandais avaient été la cible d’une surveillance à l’aide de logiciels espions Pegasus fabriqués par la société de sécurité israélienne NSO Group.

« Le gouvernement rwandais a nié avoir utilisé les logiciels espions, mais n’a pas répondu à une demande de commentaires sur le rapport Freedom House », rapporte the Guardian se basant sur ce rapport.

Aux États-Unis ajoutent la même source, les personnalités de l’opposition rwandaise parlent de surveillance constante, de harcèlement et de menaces.

« Vous comprenez que cela fait partie de votre vie », a déclaré à The Guardian, Theogene Rudasingwa, ancien chef de cabinet du président Paul Kagame qui était autrefois l’ambassadeur du Rwanda aux États-Unis, et qui est maintenant un fervent critique du régime de Kagame.

« Ma femme a constamment peur. Mes enfants ont constamment peur, surtout pour moi. Chaque fois que je sors de la maison, ils sont sur le bord. J’ai déterminé que je ne peux pas être paralysé et vivre dans la peur 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, mais le sentiment d’être une personne chassée est autour de moi 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », a déclaré Rudasingwa au Guardian.

Il y a trois mois, il a dit qu’il était sorti de sa banque locale pour se faire dire par un passant qu’ils avaient vu quelqu’un passer sous sa voiture. Rudasingwa a appelé la police qui a effectué une perquisition de trois heures, mais n’a rien trouvé, peut-être parce que l’intrus avait été dérangé.

Partager :

Voir aussi

RDC: Tshisekedi et Kagame participent à une réunion urgente autour de Macron

RDC: Tshisekedi et Kagame participent à une réunion urgente autour de Macron

RDC: à New-York, Félix Tshisekedi demande à l’ONU de multiplier les pressions sur le Rwanda et le M23

RDC: à New-York, Félix Tshisekedi demande à l'ONU de multiplier les pressions sur le Rwanda et le M23

RDC/ Antonio Guterres: Le M23 a une armée moderne avec des équipements plus perfectionnés que ceux de la Monusco

RDC/ Antonio Guterres: Le M23 a une armée moderne avec des équipements plus perfectionnés que ceux de la Monusco

Nord-Kivu : le Rwanda a-t-il doté des kits aux élèves de Bunagana ?

Nord-Kivu : le Rwanda a-t-il doté des kits aux élèves de Bunagana ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.